-

Jusqu’au bout, l’autrice-compositrice-interprète, morte ce mardi à 86 ans, défendait dans ses textes la cause des femmes dans un monde d’hommes.

Son répertoire est riche de chansons engagées comme “Non, tu n’as pas de nom” (1973) au sujet de l’avortement, deux ans avant la loi Veil. Anne Sylvestre revendique l’appellation de chanteuse “féministe” : “Je suppose que ça m’a freinée dans ma carrière parce que j’étais l’emmerdeuse de service, mais ma foi, si c’était le prix à payer...” En 2007, elle défend la cause du mariage homosexuel dans “Gay, marions-nous !”.

Ecouter : Une sorcière comme les autres

Lire l’article du journal Libération