-

Nos thématiques

La « police des mœurs » n’a pas sa place en France.

Elles apparaissent enfin au grand jour, les pressions, les intimidations qui sont exercées sur nos concitoyens musulmans ou supposés tels par quelques fidèles trop zélés. L’Algérien Rachid Bouach à Bordeaux a ainsi perdu la vie pour avoir bu de l’alcool. Son assassin ne le connaissait pas mais avait la certitude qu’il était musulman et que cela impliquait un certain mode de vie.

Nous savions depuis longtemps que ces fanatiques ne laissaient pas les autres vivre en paix. Combien d’anecdotes avons-nous entendues depuis plus de vingt ans, sur les pressions exercées par des parents d’élèves, des voisins, des collègues, des inconnus qui venaient frapper aux portes… et nous l’avons dénoncé auprès de différentes autorités sans jamais être entendus. Cette réalité dérangeait et on préférait regarder ailleurs.

Il y a quelques années nous avions même demandé au Défenseur des droits ce que la démocratie pouvait faire pour protéger les femmes qu’on menaçait pour les obliger à porter le voile et qui étaient trop effrayées pour porter plainte. La seule réponse qui nous avait été faite alors était : « je n’aime pas votre question ! »

Cette cécité volontaire a permis le développement du phénomène. Pourtant nous savons bien que les fanatiques religieux ne connaissent aucune limite pour imposer leurs croyances aux autres. Nous ne saurons jamais combien de femmes iraniennes ont été assassinées pour avoir refusé de porter le voile, combien auront été passées à tabac pour n’être pas assez dociles. Ni combien de personnes se soumettent, ici, en France, par peur de représailles. Notre silence revient à donner aux fanatiques le droit de passer à l’acte.

Il est plus que temps aujourd’hui de sortir du déni et de réaffirmer sans faiblesse la primauté de la loi qui interdit évidemment de menacer, de violenter, ou d’attenter à la vie de qui que ce soit. Il est plus que temps d’appliquer sans faiblesse l’article 31 de la loi du 9 décembre 1905 qui pénalise les menaces et pressions exercées sur un individu pour l’obliger à pratiquer un culte.

Il faut empêcher de nuire ceux qui refusent de vivre dans le respect de l’état de droit. Et pour cela, l’Etat et ses représentants doivent se montrer sans faiblesse dans la protection des citoyens et des lois dont ils se sont dotés. Mais ce sont aussi les citoyens qui doivent faire des choix clairs dans leur volonté de défendre la démocratie et ses valeurs…L’engagement est à l’ordre du jour pour chacun.

Martine Cerf

AGENDA DES ÉVÉNEMENTS LAÏQUES

AGENDA DES ÉVÉNEMENTS LAÏQUES

 

Lundi 22 avril 2024, 19h à 21h, au Patronage laïque Jules Vallès, 72, Avenue Félix Faure, 75015 Paris.

« La terre est plate »

La contestation des acquis scientifiques. Dans les écoles des élèves contestent les acquits scientifiques les mieux établis au nom de leurs convictions religieuses ou de leurs croyances. De même de plus en plus d’adultes, y compris en France pensent « que la terre est plate ». Quelles différences entre un fait scientifique établi et croyances ou opinions? Quelles conséquence pour nos sociétés?

Animation : Jean-Claude Boual. Inscription obligatoire ici

 

**************************************************************************************************

  Vendredi 26 avril 2024, de 13h30 à 18h00, salle Médicis au Palais du Luxembourg, 15 rue de Vaugirard, 75006 Paris et en webinaire

L’action politique des religions

Voir le programme

Nous vous remercions de bien vouloir, si vous le souhaitez, vous inscrire d’ores et déjà par courriel à contact@egale.eu en précisant impérativement si vous envisagez d’assister en présentiel au colloque ou bien de participer à cette manifestation en mode webinaire (un lien vous sera alors transmis). Ne tardez, le nombre de places est limité.

***************************************************************************************************

  Lundi 6 mai 2024, à 19h, Salle du Jeu de Paume à Rennes, Conférence/ débat

Vivre la laïcité au quotidien en Europe

Avec Gaëlle Ackerman, journaliste et Martine Cerf, secrétaire générale d’EGALE

**************************************************************************************************

  Lundi 13 mai 2024, 19h à 21h, au Patronage laïque Jules Vallès, 72, Avenue Félix Faure, 75015 Paris.

Thème à préciser ultérieurement.

Animation : Marc Horwitz, Inscription obligatoire ici

***************************************************************************************************

  Jeudi 23 mai 2024, 18h30 à 20h30, visioconférence réservée aux membres de l’association .

Thème  à préciser ultérieurement

**************************************************************************************************

vendredi 31 mai à 18h – Amphi JeanCavaillès – Espace Dewailly – Amiens

Conférence/débat animé par Jean-Claude Boual : L’Union européenne: Religions et Laïcité

**************************************************************************************************

  Lundi 10 juin 2024, 19h à 21h, au Patronage laïque Jules Vallès, 72, Avenue Félix Faure, 75015 Paris.

Thème à préciser ultérieurement.

Animation : Martine Cerf. Inscription obligatoire  ici

**************************************************************************************************

  Lundi 16 septembre 2024, 19h à 21h, au Patronage laïque Jules Vallès, 72, Avenue Félix Faure, 75015 Paris.

Thème à préciser ultérieurement.
Animation : Martine Cerf.  Inscription obligatoire ici
**************************************************************************************************
  Lundi 14 octobre 2024, 19h à 21h, au Patronage laïque Jules Vallès, 72, Avenue Félix Faure, 75015 Paris.

Thème à préciser ultérieurement.

Animation : Jean-Claude Boual.  Inscription obligatoire ici

**************************************************************************************************

   Lundi 18 novembre 2024, 19h à 21h, au Patronage laïque Jules Vallès, 72, Avenue Félix Faure, 75015 Paris.

Thème à préciser ultérieurement.

Animation : Marc Horwitz.  Inscription obligatoire ici

**************************************************************************************************

  Lundi 16 décembre 202, 19h à 21h, au Patronage laïque Jules Vallès, 72, Avenue Félix Faure, 75015 Paris.

Thème à préciser ultérieurement.

Animation : Martine Cerf.  Inscription obligatoire ici

***************************************************************************************************

   Lundi 13 janvier 2025, 19h à 21h, au Patronage laïque Jules Vallès, 72, Avenue Félix Faure, 75015 Paris.

Thème à préciser ultérieurement.

Animation : Jean-Claude Boual.  Inscription obligatoire ici

**************************************************************************************************

  Lundi 10 février 2025, 19h à 21h, au Patronage laïque Jules Vallès, 72, Avenue Félix Faure, 75015 Paris.

Thème à préciser ultérieurement.

Animation : Marc Horwitz.  Inscription obligatoire ici

**************************************************************************************************

  Lundi 10 mars 2025, 19h à 21h, au Patronage laïque Jules Vallès, 72, Avenue Félix Faure, 75015 Paris.

Thème à préciser ultérieurement.

Animation : Martine Cerf.  Inscription obligatoire ici

**************************************************************************************************

   Lundi 07 avril 2025, 19h à 21h, au Patronage laïque Jules Vallès, 72, Avenue Félix Faure, 75015 Paris.

Thème à préciser ultérieurement.

Animation : Jean-Claude Boual.  Inscription obligatoire ici

**************************************************************************************************

  Lundi 12 mai 2025, 19h à 21h, au Patronage laïque Jules Vallès, 72, Avenue Félix Faure, 75015 Paris.

Thème à préciser ultérieurement.

Animation : Marc Horwitz.  Inscription obligatoire ici

**************************************************************************************************

   Lundi 16 juin 2025, 19h à 21h, au Patronage laïque Jules Vallès, 72, Avenue Félix Faure, 75015 Paris.

Thème à préciser ultérieurement.

Animation : Martine Cerf.  Inscription obligatoire ici

**************************************************************************************************

*

 

Le Pacte progressiste fin de vie publie une tribune

Le Pacte progressiste fin de vie publie une tribune

Le Monde a publié ce jour, 10 avril, 2024, une tribune signée des deux porte paroles du Pacte progressiste fin de vie auquel EGALE a adhéré. Cette tribune rappelle les principes auxquels les associations du Pacte sont particulièrement attachées. Il faut rappeler également que c’est aujourd’hui que Madame Vautrin, ministre de la Santé présentait le contenu du projet de loi au gouvernement. Lire la tribune

Au Royaume-Uni aussi, l’école est menacée

Dans sa tribune publié par le quotidien britannique The Guardian le 31 mars 2024, Kenan Malik revient sur un événement qui s’est déroulé en mars 2021 à la Batley Grammar Scool (lycée) dans le Yorkshire.

Dans le cadre d’un cours d’études religieuses, un enseignant  a proposé à ses élèves de traiter les questions liées au blasphème, à la liberté d’expression et aux façons de surmonter les différends. Pour illustrer son propos, il a montré à ses élèves la désormais célèbre caricature de Mahomet portant une bombe en guise de turban, caricature créée par un dessinateur danois pour dénoncer le terrorisme islamique.

Le professeur avait procédé de la même façon, avec l’accord des autorités scolaires, les deux années précédentes sans soulever le moindre problème.

Cette fois-ci, des manifestations ont été organisées pour dénoncer ce cas de « blasphème »  qui constituait, selon les instigateurs du mouvement de protestaion, une « incitation à la haine et à l’Islamophobie, tout en promouvant une idéologie suprémaciste blanche d’extrême-droite. »

Le nom du professeur a alors été abondamment mentionné par les protestaires, ce qui a conduit à des menaces de mort sur les réseaux sociaux.

L’administration du lycée a immédiatement suspendu le professeur de ses fonctions, elle a présenté des « excuses sans restriction » pour avoir utilisé un document éducatif inapproprié et s’est engagée revoir les contenus scolaires en partenariat avec « toutes les communautés représentées dans l’établissement. » Ces excuses ont été approuvées et relayées par les autorités du district et par le député de la circonscription.

Ces dénonciations ne venaient pas de la communauté musulmane de la région mais du Muslim Action Forum (MAF, en français: Forum d’Action musulman), un groupe fondé en 2012 par des militants et des universitaires musulmans et dont l’objectif est d’empêcher tout diffusion de portrait de Mahomet.

Un autre acteur de cette mobilisation a été le dirigeant de la branche britannique du Tehreek-e-Labbaik Pakistan (TLP), une organisation qui recourt fréquemment à la violence contre des personnes accusées de blasphème au Pakistan ou ailleurs.

Kenan Malik souligne la lourde responsabilité des autorités britanniques,  qui, dans la plupart des affaires de ce genre, s’adressent en priorité aux organisations les plus radicales comme si elles étaient les authentiques représentants de l’ensemble des musulmans britanniques. Ces mêmes autorités n’hésitent pas, dans le même temps à abandonner à leur sort les enseignants incriminés.

Malik souligne que l’interdit qui pèse sur la représentation du prophète est maintenant tenue pour acquise par l’administration scolaire de bon nombre de régions, une position qui ne tient pas compte des représentations persanes, turques ou indiennes au cours de l’histoire, mais qui reprend les injonctions des groupes extrémistes.

L’auteur de la tribune rappelle que trois ans aptrès ces événements, le professeur et sa famille sont toujours dans l’obligation de vivre cachés. C’est pour Malik le résultat de l’échec des responsales politiques à s’engager clairement dans la lutte contre l’intolérance, et, en particulier, au chantage du blasphème.

Une telle attitude permettrait pourtant de contrer dans le même temps les discours anti musulmans de l’extrême droite.

 

Source:

https://www.theguardian.com/commentisfree/2024/mar/31/batley-school-what-teacher-in-hiding-can-tell-us-about-our-failure-to-tackle-intolerance

Amal, un esprit libre, un film de Jawad Rhalib, avec Lubna Azabal

Amal, un esprit libre, un film de Jawad Rhalib, avec Lubna Azabal

Ce film a été visionné le 27 mars au Majestic Passy à Paris par un public attentif et concerné, à l’invitation des trois associations : Le Chevalier de la Barre, EGALE, Unité laïque et du distributeur : UFO.

Il se situe dans une classe de l’enseignement public belge et met en scène une professeure de littérature qui cherche à ouvrir l’esprit de ses élèves au savoir et à la connaissance par la réflexion et se trouve critiquée, empêchée même par des tenants de l’islam salafiste. N’en disons pas plus pour ne pas déflorer le sujet. Il faut saluer le remarquable travail de Jawad Rhalib qui a su restituer la justesse des propos et comportements de chacun, élèves, professeurs, parents qui rappelaient à beaucoup des situations vécues et des propos entendus – la France et la Belgique rencontrent les mêmes problèmes et peinent à les résoudre de la même façon. Il faut aussi rendre hommage à Lubna Azabal pour sa puissante interprétation.

A la fin du spectacle, le public a spontanément applaudi.

Mickaëlle Paty nous avait honoré de sa présence, ainsi que les invitées Nadia Geerts et Djemila Benhabib qui ont participé à la table ronde, animée par Emmanuel Kessler.

Ce film sort le 17 avril dans 80 salles et il faut courir le voir. Enseignants, élèves, citoyens, élus… nous sommes tous concernés. Il montre, pour ceux qui en douteraient encore, que c’est au fond la démocratie qui est remise en cause et qu’il est temps que tous les citoyens et les partis démocrates forment un front uni pour la défendre.

Car il ne faut pas oublier cette réalité élémentaire : une démocratie ne tient pas debout par la seule puissance de l’état, mais par l’implication des citoyens qui la portent et vivent selon les valeurs qu’elle s’est donnée : liberté, égalité, fraternité au sein d’une République laïque.

Martine Cerf

Les sénateurs LR souhaitent interdire le changement de genre des mineurs

Adapté de l’article d’Erwan Seznec -Le Point – 18 mars 2024

L’hebdomadaire Le Point fait état de la remise prochaine au Sénat d’un rapport sur « la transidentification des mineurs ». 

Le groupe de travail LR, dirigé par Jacqueline Eustache-Brinio, sénatrice du Val-d’Oise, après avoir auditionné 67 personnes, propose de rendre les changements de sexe impossibles avant la majorité.

Sur un sujet si controversé, peu de données sont disponibles.
Les demandes de transition chez les mineurs auraient explosé ces dernières années, en France comme dans beaucoup de pays développés. Si on se réfère au nombre de séjours hospitaliers Les séjours hospitaliers pour « transsexualisme » ont triplé entre 2011 et 2020, passant de 536 à 1 615 et le nombre de chirurgiens pratiquant des vaginoplasties sur majeurs a rapidement augmenté.
La question de fond concerne les causes de cet accroissement. S’agit-il d’une prise en compte d’aspirations longtemps ignorées ou bien d’un effet de mode ?
Les associations qui encouragent les transitions de genre tout comme ceux qui souhaitent les limiter mettent en avant l’intérêt supérieur des enfants et des adolescents.
Par manque de recul, aucune étude sérieuse n’a été menée sur les effets d’un changement de sexe sur la qualité de vie des patients.
Pour Jacqueline Eustache-Brinio, la transition sexuelle des jeunes sera considérée comme l’un des plus grands scandales éthiques de l’histoire de la médecine.
Elle s’inquiète des risques induits : « la transition sexuelle des jeunes sera considérée comme l’un des plus grands scandales éthiques de l’histoire de la médecine ».  Pourtant, elle précise : « Personne n’envisage d’interdire de changer de genre à l’âge adulte ».

Les propositions
Les rapporteurs souhaitent revenir aux formulaires administratifs comportant seulement deux cases à la mention du sexe ou l’abandon des toilettes non genrées.
Mais pour eux, l’essentiel est d’interdire aux mineurs la chirurgie dite de « réassignation sexuelle » et les traitements hormonaux, en particulier les bloqueurs de puberté.
Ces derniers visent à retarder la puberté pour laisser au patient le temps de choisir son genre.
Les associations pro-transition considèrent quant à elles que la volonté, y compris d’un mineur, suffit à enclencher le processus de transition jusqu’à la chirurgie.

Tour d’Europe
Au Royaume-Uni, le National Health Service, le système de santé britannique, a annoncé en mars dernier que les bloqueurs de puberté ne seraient plus prescrits aux adolescents, en dehors des cas particuliers liés à la recherche.
Le service de développement de l’identité de genre pour les enfants et les adolescents de la clinique Tavistock, seul centre d’Angleterre à fournir des bloqueurs aux mineurs, a fermé il y a un an, plombé par des enquêtes accablantes.

Le rapport indique que le traitement standard d’administration des bloqueurs de puberté repose sur le Dutch Protocol, ou protocole néerlandais, mis au point il y a une vingtaine d’années, qui postule la réversibilité totale sans effets secondaires du traitement et une administration possible dès 12 ans (certains praticiens descendant à 8 ans).
L’étude à la base de ce protocole fait aujourd’hui l’objet de vives critiques concernant les conditions dans lesquelles elle a été menée.

L’Espagne a autorisé le changement de sexe dès 16 ans l’an dernier. Elle est à contre-courant du reste de l’Europe. La Finlande, la Suède, le Danemark, le Royaume-Uni, « tous les pays qui étaient allés plus loin que la France dans l’accompagnement des volontés de transition des mineurs ont enclenché la marche arrière. Nous sommes à un tournant ».

L’expression d’un mal-être
« Tous les experts pointent un gigantesque mal-être chez les enfants qui veulent changer de sexe. Parmi eux, 70 % présenteraient des troubles anxiodépressifs et 30 % souffriraient de séquelles de traumatismes, en particulier des violences sexuelles. Plus inattendu, 30 % seraient autistes, souvent non diagnostiqués. »

Les sénateurs plaident pour une prise en charge pédopsychiatrique renforcée des jeunes qui ne sentent pas en accord avec leur sexe de naissance.

La laïcité défendue par la justice québécoise

Par un jugement du 28 février 2024, la Cour d’appel du Québec a confirmé la loi controversée sur la laïcité de la province qui lui reconnaît le droit d’interdire le port de signes religieux aux juges, policiers ou enseignants dans l’exercice de leur fonction publique sans exception.

Cette loi québécoise sur la laïcité, dite Loi 21 avait été adoptée en juin 2019. Elle avait été immédiatement contestée en justice par plusieurs associations, notamment le Conseil national des musulmans canadiens et l’Association canadienne des libertés civiles.
La laïcité voulue par la loi « reflète pour l’essentiel l’état actuel du droit qui, au Québec comme d’ailleurs dans le reste du pays, se fonde sur une séparation de l’État et des religions : car de fait, les éléments constitutifs de l’État canadien sont laïques ».

Les juges de la plus haute juridiction locale ont annulé par ailleurs l’exception introduite en première instance en 2021, qui permettait aux écoles anglaises d’employer des enseignants portant des symboles religieux.
Les opposants à la loi étudient maintenant la possibilité de porter la cause devant la Cour suprême, un appel que le gouvernement fédéral du Premier ministre Justin Trudeau entend appuyer.
Arif Virani, le ministre canadien de la Justice. Justin Trudeau, ardent défenseur du multiculturalisme, a toujours exprimé son opposition à cette loi qui contrevient pour lui à la liberté de religion et le droit à l’égalité.

La Cour d’appel remarque que « l’impact sera considérable, au point notamment de les priver de toute perspective d’emploi dans des organismes publics ou parapublics de compétence provinciale. »

 

Source:

Texte adapté de l’article du 2 mars 2024 de TV Monde

L’association

Dernières publications

AGENDA DES ÉVÉNEMENTS LAÏQUES

AGENDA DES ÉVÉNEMENTS LAÏQUES

  Lundi 22 avril 2024, 19h à 21h, au Patronage laïque Jules Vallès, 72, Avenue Félix Faure, 75015 Paris. "La terre est plate" - La contestation des acquis scientifiques. Dans les écoles des élèves contestent les acquits scientifiques les mieux établis au nom de...

EGALE - Egalité Laïcité Europe
Siège Social
MVAC du XVe - Boite n°18
22 Rue de la Saïda
75015 Paris

 

 

© 2019 Egale - Association loi 1901

Webmaster et création : Angélique Clerc - Agence Punchlyne (RCS de Nanterre – 828 956 730)

EGALE - Egalité Laïcité Europe
Siège Social
MVAC du XVe - Boite n°18
22 Rue de la Saïda
75015 Paris

 

 

© 2019 Egale - Association loi 1901

Webmaster et création : Angélique Clerc - Agence Punchlyne (RCS de Nanterre – 828 956 730)